Activites

AXE 1 : Gouvernance Locale et Décentralisation.

En travaillant sur cet axe l’OAP recherche des changements suivants :

·     L’exercice réel du pouvoir par les acteurs politiques de la décentralisation ; élus locaux, collinaires et communaux.

·     La promotion réelle de la femme agent de développement par excellence, dans la gestion du pouvoir local : élire et se faire élire.

·     L’harmonisation des approches des différents intervenants dans le respect des principes démocratiques.

La notion de concertation dans la prise de décision, la légitimité des élus, la création des espaces de dialogue, le principe de redevabilité, les méfaits de la manipulation politique sur un développement durable, ont été au centre de nos différentes actions et les résultats sont assez promettant

AXE 2 : Animation conscientisant.

La vision de l’OAP est basée sur les principes de l’auto Promotion : Le Savoir, Le Pouvoir, L’Avoir et La Volonté. L’axe sur « L’Animation conscientisant » constitue la colonne vertébrale du programme de l’OAP.

Nous cherchons une prise de conscience accrue des communautés de leurs droits fondamentaux et leurs obligations.

A travers cette démarche d’auto promotion nous voulons « provoquer doucement » un changement de la société, par l’acquisition des droits élémentaires. Et nous sommes de plus en plus convaincus que notre action concourt à l’éveil populaire qui se lit dans la province de Bujumbura : leur manière de revendiquer, de vouloir reconstruire leur province, leur capacité de diagnostiquer leurs intérêts immédiats et futurs à travers certains discours des intervenants, voire même des politiciens ….

AXE 3 : Sécurité Economique.

La sécurité économique suppose,

·     La sécurité alimentaire en qualité et en quantité,

·     Une bonne production qui nécessite les techniques et les moyens de production

·     L’écoulement des produits à un « prix rémunérateur »

La province de Bujumbura rural qui vient à peine de sortir de la guerre est loin de répondre à ces conditions.

Le rapport IPC 2009, place Bujumbura rural dans la phase II : Insécurité Alimentaire modérée/ élevée avec possibilité de basculer dans élevée. L’enquête CFSVA (Comprehensive Food Security Vulnerability Analysis) faite par le PAM en 2008 montre un taux de 50% de malnutrition dans la province. Ces éléments montrent qu’il y a beaucoup à faire. L’OAP voudrait avec des indicateurs précis, jeter les bases de cette sécurité, le plus important étant de montrer aux communautés qu’ils peuvent s’en sortir.

AXE 4 : Accès aux services sociaux de base.

L’évaluation externe du programme 2006 - 2008 dit ceci : «  Les constructions d’infrastructures sociales représentent un succès très important pour l’OAP qui réussit une mobilisation formidable des populations, renforce ainsi leur confiance en elles et contribue à réparer une injustice envers les populations de Bujumbura rural. Ces infrastructures représentent un besoin fondamental des populations. L’OAP initie également des comités de gestion qui pérennisent les ouvrages par des entretiens réguliers.

Si le choix de l’OAP de renforcer des structures reconnues par l’autorité est pertinent, les comités de gestion des infrastructures nécessitent un accompagnement sur le long terme pour développer des stratégies pérennes d’entretien et servir de levain au développement local.

Les associations des artisans ont également besoin d’un accompagnement supplémentaire dans la gestion des contrats, le respect des délais et l’obligation à la qualité. »

Ces paroles d’un évaluateur externe dit tout quant à l’objectif poursuivi et l’importance que l’OAP attache à cet axe.

Cependant, la qualité de l’enseignement qui d’une part passe par le désengorgement des classes, sans oublier d’autres facteurs aussi pertinents que sont la disponibilité du matériel didactique, des enseignants qualifiés et motivés préoccupe encore l’OAP.

AXE 5 : Promotion de l’Equité Genre

Depuis longtemps, OAP tient compte de l’équité genre dans ses activités, mais l’évaluation de l’impact s’avérait difficile jusqu’en 2008. La création d’un axe spécifique nous permettra d’élaborer des outils de gestion des activités inhérentes au genre, de nommer un responsable et de renforcer ses capacités.

AXE 6 : Aide humanitaire

Bien que la guerre soit terminée dans la province de Bujumbura rural, les activités humanitaires restent importantes. Des catastrophes humanitaires et des risques nécessitent encore des interventions rapides afin de permettre aux populations touchées de reprendre leur vie normale. L’équipe doit également renforcer ses capacités en matière de prévention et de gestion des catastrophes. Un plan de contingence spécifique à notre organisation a été élaborée et doit régulièrement actualisé.

AXE 7 : Appui Institutionnel

L’OAP doit prêcher par sa cathédrale. Si nous parlons de l’auto promotion pour les associations partenaires à la base, nous devons leur permettre de le voir et le vivre dans notre organisation. Les notions de « l’avoir, du pouvoir, du savoir et de vouloir » s’appliquent également à notre organisation si nous voulons nous pérenniser. La structure O.A.P continue à se renforcer dans les axes suivants :

SAVOIR  : Les Compétences des cadres doivent être régulièrement mises à jour pour l permettre le renforcement de leurs capacités Opérationnelles.

POUVOIR : En tant qu’organisation sans but lucratif, régie par la loi Burundaise où elle tire sa légitimité, l’OAP a le pouvoir de mobiliser les communautés autour d’un idéal commun. Elle se sent renforcée par la crédibilité que lui reconnaissent la population de Bujumbura et l’administration.

AVOIR : Pour se pérenniser, l’OAP dispose des ressources humaines et matérielles qui lui permettent de mettre en exécution son programme. Elle aspire à un véritable partenariat qui ne lui sert pas d’écran mais qui lui permet de renforcer la visibilité de son action. Elle insiste également sur l’appropriation de l’action par ses partenaires à la base.

VOULOIR : L’engagement de l’OAP reste un acquis dans sa participation pour un monde de justice, d’égalités de chance, pour tous les enfants du pays.

AGIR : L’OAP a montré sa capacité d’action dans son milieu, de persuasion et d’influence lors de la prise de certaines décisions qui vont à l’encontre de ses valeurs, soit au sein de la société civile voire même au sein des pouvoirs publics. La capitalisation de son expérience peut provoquer des changements dans certaines asbl

Informations supplémentaires